4 conseils d’efficacité relationnelle dans les situations délicates

« L’enfer, c’est les autres », disait Jean-Paul SARTRE

Un de vos collaborateurs semble négatif ou démotivé?

Votre associé est de mauvaise humeur?

Les relations dans votre entreprise ou avec vos clients sont tendues voire  exacerbées par les 3 I?

Un acronyme dont la paternité revient à une amie consultante et formatrice : F. JOUCLA qui fait allusion à 3 facteurs à prendre en compte en matière de relations au travail :  les différences Interpersonnelles (cadres de référence, style professionnel ou comportemental) mais aussi, Intergénérationnelles et Interculturelles.

En bref, quelques illustrations de « situations délicates voire difficiles » vécues par un entrepreneur ou un commercial avec ses clients internes et externes.

Nos 4 conseils pour mieux les gérer :

1 : avant l’échange,mettre de côté ses « à-prioris » personnels, jugements négatifs et hâtifs permet d’éviter la spirale négative de la « personnalisation » ou de la « contamination émotionnelle« .

Si votre interlocuteur a l’air mécontent ou malheureux, ce n’est pas nécessairement de votre faute. En adoptant une posture d’ouverture et d’accueil, vous faciliterez la prise de contact, l‘échange et pourrez ainsi évaluer la situation (le problème vous concerne ou non ?, vous disposez d’une marge d’action ou non ?)

2 : soyez ouvert et surtout positif. La sagesse populaire nous enseigne : » qu’on n’attrape pas une mouche avec du vinaigre ». Votre interlocuteur semble peu améne, commencez par le « dérider » en créant un climat relationnel propice à l’interaction,  par une pointe d’humour, un compliment sincère ou en s’appuyant sur des points, qui vous rapprochent (expériences ou, relations communes, hobby, valeurs etc…).

3 : appliquez les bases de la communication interpersonnelle. Vous éviterez ainsi les écueils d’une mauvaise communication  : malentendus, quiproquos, incompréhensions et maladresses diverses.

L’écoute active, le questionnement empathique et la reformulation permettent en effet de mieux comprendre son interlocuteur (logique, fonctionnement, contraintes voire  freins et  résistances par rapport à une situation ou un problème). L’ écouter et pas seulement l’entendre,  le comprendre de l’intérieur et savoir se « décentrer «  (sortir de son cadre de référence) est « aidant » pour lui comme pour vous. Notamment si vous êtes impliqué dans son problème et que vous serez serez amené à devoir interagir et …collaborer.

4 : enfin, si l’échange s’envenime et risque d’évoluer vers un conflit déclaré, pratiquez « la communication positive et constructive » :  un mix des « techniques d’affirmation de soi » ou « assertivité » et de « l’approche orientée solutions » idéal pour aboutir à un mode de relation adulte et  « gagnant/gagnant ».
Nos formations et alteliers de training vous permettront de maitriser les fondamentaux et d’être rapidement opérationnel.

Et si vous avez tout essayé et que rien ne fonctionne, pas d’états d’âme. Rappelez-vous qu’il faut être au moins deux, pour communiquer !

Au plaisir de vous lire et très bonne journée !

MJ

quand ça coince sur le plan relationnel
Quand ça coince sur le plan relationnel